La la land.

02:54 0 Comments A+ a-



ATTENTION: Si cela vous dérange de savoir si le film se termine bien ou pas, passez vostre chemin et revenez un peu plus tard ! ;)

Je devais voir ce film. C'est tout ce que je parvenais a me répéter. J'en avais BESOIN. Bien avant qu'il ne soit une sensation majeure des derniers Goldens Globes (7 récompenses quand même !!) ce film me faisait de l’œil, de l'envie. Et avec ce besoin d'en découvrir un peu plus sur ce magnifique film de Damien Chazelle s'accompagnait aussi une immense peur de me faire spoiler cette fin si horrible qui semblait avoir marqué tant de monde et même fait pleurer ma très chère Dodie Clark. et puis ça devenait obsessionnel, je me repassais Another day of Sun pendant des heures, je regardais la bande annonce EN BOUCLE pendant des jours et je faisais chier pratiquement tous ceux qui m'entouraient (parce que ça je sais très bien faire ...).

Ce qui m'inquiétais et me surprenais beaucoup, c'était cette impatience totalement exacerbée. En gros, on peut le dire, j'étais déjà fan de ce film avant même de l'avoir vu. C'est que j'avais un peu de "background" à me mettre sous la dent. J'avais saisi le concept qui se cachait derrière le film, et j'avais surtout capté le nom de Damien Chazelle aka le réalisateur fantastique et talentueux de l'impitoyable Whiplash. Un film que j'avais adoré au delà des mots, que la bande annonce m'avais suivie jusqu’à Venise (une très longue histoire ...) et qui avait été récompensé aux Oscars.

Alors, oui, oui, oui, j'étais fan de La la land, ce film dont les trois syllabes mélodieuses du titre ce sont répercutées absolument partout dans les médias. Et l'attente de la sortie française fut longue. TRÈS longue ... J'avais l'impression de mourir sur place derrière mon pauvre ordi en attendant le 25 janvier.

Le 25 janvier donc, je me suis rendu au cinéma le plus proche de chez moi, en me disant que je cette sortie n'était qu'un cadeau d'anniversaire que je m'offrais à moi même et que je n'avais donc pas besoin de culpabiliser par rapport à l'argent que je "gaspillais", même si le prétexte commençais sérieusement à être sur-utilisé vu que mon anniversaire était déjà passé depuis un bout temps et que je le dégainais à toutes les sauces.

Exemples:

"Oh du chocolat ! Oh bon, ça sera mon cadeau d'anniversaire"
"Oh un rouge à lèvre chez Sephora ! Oh bon, ça sera mon cadeau d’anniversaire"
"Oh le nouveau Victor Dixen ! Oh bon, ça sera mon cadeau d’anniversaire"
" Oh La la land ! Oh bon, ça sera mon cadeau d’anniversaire" ...

(Il y a aussi la version de noël qui marche bien aussi, je te la conseille fortement celle là !)

Exemple:

"Oh Miss Peregrine et les enfants particuliers ! Oh bon, ça sera mon cadeau de noël"


Bref.

Le 25 janvier, je suis allée voir La la land.
Et pour tout ce qu'il représente, j'ai aimé ce film. Je l'ai même adoré.

C'est l'histoire de Mia, une jeune serveuse qui rêve de devenir actrice mais qui malgré elle collectionne les auditions foireuses et de Sebastian, un pianiste borné qui rêve d'ouvrir son propre club de jazz, mais qui est condamné interpréter des morceaux de noël dans un restaurant. Inutile de dire que ces deux là ne sont pas spécialement heureux dans leur vie, mais par hasard, ils vont se rencontrer et là ...

... Et bien là, rien ne va se passer comme tu le penses. Tu vois, dans un film "normal" de ce genre, les deux vont se rencontrer et tomber immédiatement amoureux l'un de l'autre, alors que c'est pas du tout le cas. Mais alors là, PAS DU TOUT !! Pour te donner un ordre d'idée, la première fois qu'ils se croisent Mia, fini par donner magnifique doigt d'honneur à ce Sebastian (qui est un peu un connard au début il faut l'avouer).

Et c'est un peu le délire de La la land au delà d'être une belle histoire d'amour entre deux rêveurs passionnés, c'est un film non conventionnel qui brise un peu les règles de la comédie-musicale romantique tout en reprenant et jouant avec ses grands codes de base pour t'emmener quelque part, pour te faire espérer quelque chose et puis après, tout briser en mille morceaux et laisser ton petit cœur meurtri en PLS.

Et même si je suis une fan inconditionnelle des happy-endings, j'ai trouvé que la fin de La la land n'aurait jamais pu être plus juste qu'elle ne l'est comme elle l'est. Loin d'être un conte de fée, le film, montre la vie, la vrai. Le film montre qu'on ne peut pas tout avoir; entre le beurre, l'argent du beurre, et le c*l de la crémière (oui c'est l'expression en entier !) il faut choisir. On n'accomplit pas son rêve sans sacrifices, sans compromis, et paradoxalement, on n'arrive pas aux sommets sans être capable d'en rêver un minimum. Comme le disait Ryan Goslin (c'est lui qui joue Sebastian) :

"Il faut être capable de croire que les rêves sont possibles, mais être pragmatique pour pouvoir les réaliser."


Et c'est pour ça que j'aime la fin de La la land, aussi triste qu'elle soit. Si Damien Chazelle avait décidé de sélectionner sa "fin alternative" comme véritable fin, plus rien n'aurait été crédible. Déjà, le film n'aurait pas été cohérent et ensuite, les gens normaux comme toi et moi n'auraient jamais été en mesure de s'identifier un minimum à l'histoire de Mia et Sebastian. Car moi je me suis parfaitement identifiée à leur histoire, j'ai parfaitement adhéré à leur projets, je me suis totalement reconnue, et ça fait du bien parce que c'est rare comme sensation (pour moi du moins ...).

Et puis j'aime la passion de Damien Chazelle, celle qu'il a pour la musique, mais aussi celle qu'il a pour le cinéma. Parce que tu vas le remarquer si tu vas voir le film, mais les références cinématographiques sont énooormes, et nombreuses. Certaines sont évidentes, d'autres moins mais toutes ensembles elles démontrent l'amour de Damien Chazelle et sa passion fait délicieusement écho à celle de ses personnages. Car, de la même manière qu'il aura fallut à Mia et Sebastian surmonter des obstacles, il aura fallu compter prés de six ans au réalisateur et à ses producteurs pour créer ce film. Si c'est pas du dévouement ça ! Et surtout, tout cela me donne moi aussi envie d'aller explorer toutes ces références et voir tout ces films qui ont fait de La la land le chef d'oeuvre qu'il est aujourd'hui.

En grande fan que je suis de Damien Chazelle, d'abord, je n'ai pas pu faire autrement que de remarquer les petits clin d’œil a Whiplash. Au delà de l'évidente apparition de J.K Simons, j'ai pu retrouver deux trois petits éléments qu'on retrouve dans la magnifique scène finale au niveau du mouvement de la caméra et ça m'a fait sourire comme une conne toute seule devant l'écran ...

Comme je le disais tout à l'heure, la première chose qui m'a d'abord attiré vers La la Land, c'est la musique. Car si tu l'ignorais encore, lorsque les termes "musique" et "Chazelle" sont employés dans la même phrase, il n'en ressort que du bon. Je sais que au final, c'est ce qui m'aura le plus marqué, ce sont ces morceaux. La mélancolie de City of Stars ou l'euphorie de Someone in the Crowd cette subtilité dans les morceaux de la BO... Pendant que je t’écris ces lignes, je me rend compte que chacune de mes scènes favorites du film ont un lien direct avec le soundtrack. Il y a un truc dans la musique, un truc qui te rends tellement vivant tellement réel et qui donne à ce film toute la légitimité de la fin (qui est discutable, la fan girl que je suis te l'accorde !).

En bref, l'un des meilleurs film que j'ai vu de ma vie !
Un film que je te recommande de voir (au cinéma si tu peux, parce que c'est toujours mieux avec du pop corn ;) )

Etudiante de 18 ans, cinéphile, musico-phile, littérairo-phile, et légèrement folle à plein temps !

Venez, laissez un petit mot doux !!