Les villes capitales ...

12:47 0 Comments A+ a-

Non ceci n’est pas un cour de géographie. J’imagine que ce début d’octobre met vos nerfs à rude épreuve, ici, je vous parle des Villes Capitales … Capital Cities quoi ! (oui bon ce n’est pas ma meilleur blague mais avouez qu’elle n’est pas mal !!)


La petite bio qui va bien …

Ryan Merchant et Sebu Simonian se rencontrent en 2009 à Los Angeles (Californie). Au départ, ils se spécialisent dans la composition de musique pour la publicité et autres jingles. En 2011, ils décident d’utiliser leur savoir-faire pour produire un son electro inspiré par la synthpop sous le nom de Capital Cities. Le duo sort en février 2011 un EP homonyme et le titre « Safe and Sound » en format digital. Cette chanson qui sert d’illustration sonore à différentes campagnes publicitaires se retrouve numéro un des « chansons alternatives » du Billboard et numéro seize au classement général.
« Safe and Sound » devient un hit international deux ans plus tard via une campagne de l’opérateur téléphonique Vodafone en Allemagne. « Safe and Sound » devient numéro un outre-Rhin et s’impose également dans les pays limitrophes. La France craque elle aussi pour cette jolie mélodie electro qu’elle accueille parmi ses cent meilleures ventes en juillet 2013. Sorti en juin 2013, l’album In a Tidal Wave of Mystery est numéro un en Allemagne et numéro deux en Autriche. André 3000 est le seul invité de marque de ce premier album.
Une seule écoute de Safe and Sound suffit. Capital Cities possède cette capacité rare à façonner des mélodies pop immédiates, à base de gimicks de synthés irrésistibles. Comme Foster the People l’année dernière, les chansons de leur premier album, In a Tidal wave of mystery, possèdent une durée de vie illimitée. Citons pêle-mêle Kangaroo CourtPatience gets us nowhere ou encore Center Stage, qui redonne une seconde vie au disco.
Les chansons de Capital Cities ne seraient pas aussi réjouissantes sans l’apport de la trompette. On la retrouve partout, très bien intégrée à des titres comme Farrah Fawcett, où le solo déboule sans prévenir en plein chœur d’un couplet parlé. Elle accompagne idéalement d’autres tubes comme Kangaroo Court ou Chartreuse en insufflant quelques touches de jazz bienvenues. Sur scène, le bondissant Spencer Ludwig au visage juvénile joue même un rôle crucial dans l’énergie déployée par le groupe.
La musique de ce groupe est égale à son univers, colorée et un peu folle. Il n’y a qu’à en voir les clips pour saisir son esprit déluré. La vidéo de Kangaroo Court traite ainsi d’un racisme très particulier dans une boîte de nuit, où un zèbre se retrouve pris à partie. Un scandale qui sera suivi d’un procès très animalier, avec notamment une bande de lapins dans la partie civile. Pour Safe and Sound, dont la vidéo a atteint les 25 millions de vues sur YouTube, le duo a choisi la carte du décalage en apposant des sous-titres en chinois sur des images à moitié en noir et blanc. Tout un programme.
Un programme que vous retrouvez dans la playlist ci-dessous …



Alors, vous en pensez quoi ?

Etudiante de 18 ans, cinéphile, musico-phile, littérairo-phile, et légèrement folle à plein temps !

Venez, laissez un petit mot doux !!