La playlist dystopique !

14:14 8 Comments A+ a-


Parce que ça m’arrive de temps en temps de réfléchir à de nouveaux concepts . . . et d’en trouver !! Cette playlist, c’est une idée qui me trottait depuis un petit moment dans la tête et après avoir du reporter le projet moult fois … le voici enfin aujourd’hui ! Parce les playlists ne sont pas q’une affaire de musique, voici aujourd’hui; La playlist Dystopique, un petit florilège de romans à se mettre sous la dent de toute urgence !!


Nox, Ici-bas, tome 1; Yves Grevet

Dans une ville basse enveloppée d’un brouillard opaque – la nox –, les hommes sont contraints de pédaler ou de marcher sans cesse pour produire leur lumière. Comme l’espérance de vie y est courte, la loi impose aux adolescents de se marier et d’avoir un enfant dès l’âge de dix-sept ans. Lucen a peur de perdre celle qu’il aime, la rebelle Firmie, qui refuse de se plier à la règle. Il sent aussi ses meilleurs amis s’éloigner de lui. L’un d’eux, Gerges, s’apprête à rejoindre la milice qui terrorise les habitants, un autre, Maurce, un groupe hors-la-loi. C’est l’heure pour Lucen de faire des choix qui détermineront toute son existence. Au même moment, dans des territoires épargnés par la nox, la jeune Ludmilla ne se résigne pas au départ forcé de Martha, la gouvernante qui l’a élevée, injustement renvoyée par son père. Elle décide de tout tenter pour la retrouver.
Dans ce premier tome, l’auteur nous plonge dans un  univers mystérieux, intéressant complexe et captivant. Une délicieuse dystopie, raconté par trois voix adolescentes aux vies et destins complètement opposés, parallèles et pourtant indissociables. Yves Grevet nous envoûte grâce à un style unique, une immersion totale dans les méandres d’un monde fascinant  où racisme, violences et ségrégation font parti du quotidien . . .


Les clefs de Babel; Carina Rozenfeld

Liram vit chez les Aériens, dans les plus hauts étages de la tour de Babel où se sont réfugiés les hommes depuis que le Grand Nuage a empoisonné la Terre, il y a mille ans. Suite à un drame – ses parents sont assassinés -, Liram doit abandonner son univers douillet pour fuir dans les étages inférieurs, peuplés par ceux que les Aériens ont repoussés vers le bas dix siècles plus tôt, avant de condamner toutes les issues… Lors de sa descente dans ce monde sordide, hanté par des mutants et ravagé par la misère, il rencontrera quatre adolescents marqués d’un mystérieux tatouage et dotés de pouvoirs étranges. Liram comprendra alors qu’il est lui-même porteur d’un destin exceptionnel, très lourd pour ses jeunes épaules. Heureusement, il n’est pas seul… Une quête haletante à l’écriture rythmée et aux multiples rebondissements, dans un angoissant univers post-apocalyptique. Mais aussi un précieux message d’espoir et de tolérance.

Les clefs de Babel revisite le mythe de la tour de Babel en prenant la trame à l’envers. Les hommes se sont entassés les uns sur les autres, mais dans chaque clan (5), un adolescent a été choisi pour être une clef. Les adolescents doivent s’unir pour ouvrir la porte de Babel.

La collection Soon des éditions Syros permet de comprendre les enjeux de ce monde via la science-fiction. C’est aussi une littérature d’évasion, où le lecteur se retrouve. de ce point de vue, Carina Rozenfeld a rempli largement les attentes des lecteurs. On suit Liram dans les étages de la tour. Plus il descendra, plus la population subira les marques d’une mutation. La technologie semble ne plus exister. Dans chaque clan, l’ambiance générale est lourde de menaces : élection chez les Aériens, affrontement de toges chez les Chauves… Les héros n’y font pas attention. Ils sont effrontés etcroquent la vie à pleine dents. S’ils ont des pouvoirs, les personnages n’ont pas les éternels dons de la nature. Plus, ils ont des pouvoirs qui ne se complètent pas.

Des pouvoirs différents, divers clans, races, venant de différents étages, à un âge difficile: l’adolescence. Tout celà pour une belle leçon de tolérance. L’autre n’est pas forcemment notre ennemi, quelque soit son origine, quelque soit ses pratiques.
Carina Rozenfeld permet au lecteur de s’évader dans un monde sombre et cruel, mais il y existe une ultime lumière: Les clefs de Babel. Des héros attachants, différents les uns des autres qui poursuivent une quête dans un monde post-apocalyptique. C’est toute cette dualité ombre/lumière qui permet de se délecter de l’histoire. (source Babelio)


Fahrenheit 451; Ray Bradbury
451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume.

Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable.

Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Un univers étrange, certes, mais impressionnant. Dérangeant et remarquable. Une idée de base relativement inintéressante. Je ne garantis pas le coup de cœur mais se livre vaut bien la peine de s’y intéresser, de la S-F intelligente, de quoi donner quelques sueur froides aux plus fervents bibliophiles ...

Voilà, voilà les enfants, comment on fait une playlist dystopie sans parler de Hunger Games !

Etudiante de 18 ans, cinéphile, musico-phile, littérairo-phile, et légèrement folle à plein temps !

8 commentaires

Write commentaires
Libellule
AUTHOR
18 novembre 2015 à 17:12 delete

Fahrenheit 451 est magnifique *-*
Joli concept, bravo! :D

Reply
avatar
Mademoiselle Cordélia
AUTHOR
18 novembre 2015 à 17:12 delete

Hum j’ai lu Fahrenheit 451 mais pas els autres ! il faut que je me les note dans un coin… Merci pour les conseils !

Reply
avatar
Louna :)
AUTHOR
18 novembre 2015 à 17:13 delete

J’ai adoré Nox!
Yves Grevet est un auteur que j’apprécie: de lui, j’ai aussi lu Méto, que je vous conseille largement!

Reply
avatar
18 novembre 2015 à 17:13 delete

Salut Louna ! Bienvenue sur Jeblo !
Maintenant que tu me le rappelle il faut aussi que je lise Méto ! (il n’est jamais trop tard pour s’y mettre n’est-ce pas ? ;)

Reply
avatar
Yoko
AUTHOR
18 novembre 2015 à 17:14 delete

J’ai lu Fahrenheit 451 et j’ai adoré. Par contre, j’ai trouvé « Nox » un peu décevant, moins bien que « Méto » qui étais super. Et je trouve également que c’est une très bonne idée d’article.

Reply
avatar
18 novembre 2015 à 17:14 delete

Merci ! Bienvenue sur Jeblo ! :D

Reply
avatar

Venez, laissez un petit mot doux !!